Revivez les temps forts de la Matinale du Réemploi 2017 ! - Valdelia

Revivez les temps forts de la Matinale du Réemploi 2017 !

 

Le mardi 21 novembre dernier se tenait la 3e édition de la Matinale du Réemploi, dans la salle atypique de l’In-Sted à Lyon. Organisé dans le cadre du mois de l’ESS, cet événement avait pour enjeu de réunir les acteurs du réemploi, de la réutilisation et de l’upcycling de la région Auvergne-Rhône-Alpes, un secteur géographique dynamique en la matière. Cette matinée s’est articulée autour de trois tables rondes.

La première table ronde portait sur les retours d’expériences des partenaires de l’économie sociale et solidaire de Valdelia, concernant l’organisation d’une opération de collecte de mobilier réutilisable. Sont intervenus Anthony Charuel, Technico commercial déchets de bureau chez Valhorizon – Recyclerie Dombes Val de Saône, ainsi que Christophe Blot, Chargé d’affaire et responsable d’exploitation Rhône-Alpes chez INO Recyclage.

Lorsqu’une opération de collecte est en cours, Valdelia contacte les structures de l’ ESS si un potentiel de réemploi est détecté. S’en suit une visite de la structure intéressée chez le détenteur du mobilier, afin d’évaluer la quantité et la qualité du mobilier, et ce qu’elle pourra prendre en charge. Certaines fois, comme le précise Valhorizon, l’ESS intervient directement chez le détenteur et prend aussi en charge la collecte du mobilier. Dans tous les cas, Valdelia reçoit une attestation de prise en charge du mobilier pour ensuite assurer sa traçabilité.

 

Si ces deux structures interviennent régulièrement lors des opérations Valdelia, elles rencontrent néanmoins un obstacle : la difficulté à trouver des débouchés pour le mobilier de seconde main. Plusieurs axes d’améliorations ont été évoqués pour répondre à cette problématique : caractériser d’une meilleure façon les besoins et le ciblage des bénéficiaires, améliorer la visibilité des partenaires auprès des détenteurs, et mutualiser les compétences et savoir-faire pour valoriser les mobiliers professionnels.

 

La structure Valhorizon utilise VERTUOSE, une plateforme de vente de mobilier en ligne, permettant de donner davantage de visibilité aux produits réalisés par leur soin, et plus globalement à leur activité. De son côté, INO Recyclage met en avant son statut d’entreprise adaptée (80% des salariés sont en situation de handicap), mais aussi son activité complémentaire de conseil et d’accompagnement dans la gestion des déchets des entreprises.

 

L’accent est donc mis sur la recherche de nouveaux débouchés et sur la caractérisation du mobilier, afin d’être au plus près des besoins des entreprises bénéficiaires de mobilier de seconde main.

La seconde table ronde avait pour objectif de présenter les enjeux de la seconde vie du mobilier et les actions à réaliser pour garantir leur développement. Pour évoquer ce sujet sont intervenus Florian Lafite, Chargé de mission Développement Durable chez Atelier D’éco Solidaire, Patrick Fontanel, Chargé de mission Pôle insertion professionnel au Foyer Notre-Dame des Sans-Abri, et Guillaume Poignon, Directeur de l’Atelier Emmaüs. Ces trois structures travaillent notamment sur la seconde vie du mobilier, en favorisant l’insertion professionnelle. Focus sur quelques projets phares de chacune d’entre-elles.

 

Jusqu’au 14 janvier, l’association du Foyer Notre-Dame des Sans-Abri est soutenu par Maison du Monde avec L’ARRONDI en caisse, afin de financer un plan de formation. Le principe est simple : au passage en caisse dans une boutique Maison du Monde, l’acheteur a la possibilité de faire un « micro-don » en arrondissant le montant de ses achats à l’euro supérieur. Par exemple, pour un panier de 14,67€, il suffit de demander l’arrondi à 15€ et les 33 centimes seront reversés à l’association. L’objectif ? Sur 3 ans, former 60 salariés en insertion professionnelle à la réparation et la revalorisation de meubles en bois.

Jeune arrivé dans l’écosystème, l’Atelier Emmaüs a développé un processus de création mettant en avant l’artisan et la particularité de chaque meuble de la collection, réalisé à partir d’ancien mobilier. « Le Henri est un meuble de transmission de savoir-faire » explique Guillaume Poignon. Chaque Henri est unique : un design différent et une signature pour chaque meuble, précisant le lieu de fabrication et le nom de l’artisan, permettant de le valoriser. Le Henri peut être réalisé seul ou en équipe et représente donc un véritable levier de lien social.

 

De son côté, l’Atelier D’éco Solidaire propose de travailler directement avec les entreprises détentrices du mobilier. « Chaque chantier est personnalisé aux besoins et attentes des acheteurs » explique Florian Lafite. L’offre est la suivante : la structure de l’ESS récupère le mobilier dont l’entreprise veut se séparer et le réutilise pour créer du nouveau mobilier pour cette même entreprise. Le cas de Thalès a été un succès pour l’Atelier D’éco Solidaire, qui a pu réutiliser 107 tonnes de mobilier, soit 80% du mobilier collecté au bénéfice d’acteurs locaux acteurs locaux.

 

 

Les échanges de cette 2e table ronde ont souligné le besoin des acteurs de l’ESS de collaborer avec des réseaux de partenaires pour multiplier les compétences et la complémentarité des structures, le bénéfice réel de leur action en faveur des personnes en difficulté souhaitant se reconstruire ainsi que la demande croissante des clients souhaitant adhérer à un projet empreint de savoir-faire.

Pour clore cette Matinale du Réemploi, Nathalie Breton et Audrey Diaz, respectivement Responsable Innovation et Chargée de Mission Innovation chez Valdelia, ont pris la parole sur les actions menées par Valdelia sur la seconde vie du mobilier.

 

Il était tout d’abord important de rappeler l’objectif de Valdelia en matière de réemploi : prendre en charge l’intégralité de la seconde vie du mobilier professionnel. Pari fou ? Aujourd’hui, plus de 75% du mobilier collecté a été recyclé et plus de 1200 tonnes ont été réemployées depuis le début d’année. Depuis la création de Valdelia en 2013, ce chiffre est en constante augmentation. Les projets menés et soutenus par Valdelia avec ses partenaires de l’ESS ont une place importante dans ces résultats.

 

Le Projet Passerelle, en collaboration avec Api’Up et la Camif, utilise les déchets d’ameublement professionnel pour réaliser une gamme de meubles grand public upcyclée, commercialisée et distribuée par la Camif. Le Projet Pièces Cachées s’appuie sur les ossatures et structures présentes à l’intérieur d’un mobilier. Par exemple, la chute de bois inesthétique récupérée d’une table peut être réintégrée dans la structure interne d’un canapé. Ce modèle s’applique à toutes les matières utilisables et permet donc de prolonger une fois de plus la vie de la matière sans la contrainte du visuel. Ce sont deux projets parmi d’autres auxquels Valdelia prend part, par le financement des ESS participant au projet, mais aussi par l’apport des matières nécessaires à la création, issues des opérations de collecte.

Tous ces projets, qu’ils soient mis en œuvre par Valdelia ou par les structures de l’Economie Sociale et Solidaire, répondent à une nécessité du marché de trouver des solutions efficaces pour garantir la seconde vie du mobilier. Que l’on parle de débouchés ou de la qualité des meubles de seconde main, de formation aux techniques de réparation du mobilier et de revalorisation de la matière, de nombreux projets voient le jour et évoluent. L’Economie Sociale et Solidaire n’est pas une anecdote. Elle n’est pas non plus un frein à l’économie classique. C’est une opportunité à saisir pour profiter de ressources déjà présentes, afin de limiter l’épuisement des ressources naturelles.

 

 

Pour clôturer cette Matinale, Arnaud Humbert-Droz, Président Exécutif de Valdelia, a réaffirmé la volonté de plus en plus forte de notre éco-organisme de développer le réemploi du mobilier professionnel usagé, et le besoin pour y parvenir de créer un véritable lien entre les metteurs sur le marché et les acteurs de l’Economie Sociale et Solidaire.

 

Dans ce but, nous avons créé l’Annuaire des partenaires ESS de Valdelia, afin d’en faire un levier de communication et de mise en relation concret. Il contient aujourd’hui 50 fiches expliquant les activités d’acteurs de l’économie sociale et solidaire.

 

crédit photo : @Poltredlyon

Demande de "Bon de dépôt"

Raison sociale (obligatoire)

Votre prénom (obligatoire)

Votre nom (obligatoire)

Votre email (obligatoire)

Délai envisagé pour le dépôt de vos meubles

Restez informé de l'actualité Valdelia

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?